THÉODORE AUBANEL



Aviñón-Francia 1829 - 1886

PROVENCAL

Alor, n'avès garda memòri,
D'aquéu jour que long dóu camin,
Fasias davans un ouratòri
Vosto preièro dóu matin ;


Preièro douço, tèndro, antico!
Iéu, peraqui d'asard vengu
En etendèn lou bèu cantico,
M'ère arresta tout esmóugu.



E vòstis Ouro aqui finido
M'avance, e vous dise, crentous :
Vosto paraulo es benesido!
Iéu vole prega coume vous.



E vous tant gènto, e vous rèn fièro,
Madamisello quatecant
M'avès douna vosto preièro
Coume l'aucèu douno soun cant. 



Théodire Aubanel, La Miougrano entre-duberto, 1860


Alors, en avez vous gardé souvenir,
De ce jour où le long du chemin,
Vous faisiez devant l'oratoire 
Votre prière du matin ; 



Prière douce, tendre, ancienne !
Moi, venu d'hasard par ici
En écoutant le beau cantique,
Je m'étais arreté tout ému



Et vos prières ici finies
Je m'avance, et je vous dis, timide :
Votre parole est bénie !
Moi je veux prier comme vous.



Et vous si noble, et vous en rien fière,
Mademoiselle aussitôt
Vous m'avez donné votre prière
Comme l'oiseau donne son chant.




Théodore Aubanel, La Grenade entr-ouverte, 1860

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada